Que l’on soit jeune diplômé ou sénior, je crois que cette objection est clairement la hantise de tout le monde !

C’est d’autant plus frustrant quand on a bien préparé son entretien et qu’on sait que la fourchette de salaire que l’on vient d’annoncer correspond à ce qui se pratique sur le marché.

On anticipe l’objection :

Les erreurs se font lors de l’entraînement, pas le jour du match !

On peut dire ce que l’on veut, le meilleur moment pour traiter l’objection c’est avant qu’elle arrive ! La négociation de salaire c’est avant tout de la préparation, notamment la préparation de son argumentaire et de son « prix ».

Préparer son argumentaire, cela veut dire savoir parler de son parcours, de ses expériences et chercher des informations sur son interlocuteur et sur l’entreprise.

Préparer son prix, cela veut dire faire de la veille et aller voir des sites comme Welcome to the Jungle, Indeed ou encore Glassdoor pour connaître les salaires pratiqués dans certaines entreprises. On compare ce qui est comparable : même métier, même secteur et même localisation.

L’anticipation est la clef car tu seras beaucoup plus à l’aise chez toi pour mettre tous tes arguments en place plutôt qu’à essayer de te dépêtrer en entretien !

La vente avant la négociation :

« Heu Karim, de quoi tu parles ? »

La vente c’est quand tu as cartonné l’entretien et que le recruteur a envie de t’embaucher !

Aucun intérêt à dévoiler tes prétentions salariales trop tôt, le timing est super important.

A l’annonce de tes prétentions salariales, ton interlocuteur doit être intimement convaincu que tu es le bon candidat et que c’est toi qu’il doit embaucher.

Une fois le bon timing arrivé, on annonce ses prétentions salariales avec calme et sérénité en véhiculant l’idée que le salaire que tu annonces est parfaitement justifié. Défense de se tendre pendant l’annonce du salaire, tu restes souriant et sûr de toi !

On gère l’objection :

Trop cher par rapport à qui ?

Deux cas de figure s’offrent à toi, soit tu t’es surévalué et le recruteur trouve effectivement que tu es trop cher à profil équivalent sur le marché soit notre ami recruteur cherche à optimiser son enveloppe de recrutement.

Dans tous les cas, il faut creuser pour comprendre !

Vous recherchez bien un Responsable Commercial avec une expérience d’au moins 5 ans dans le secteur de l’énergie et ayant déjà managé une équipe d’au moins 10 personnes ?

La reformulation est hyper importante ici et va te permettre d’entrer en phase de négociation.

Pour conclure

Tu es junior, tu as effectivement peu d’expériences mais tu as plein d’atouts. Rien ne sert de te dévaluer à l’annonce d’un « Vous êtes trop cher ».

Ton expérience, ta formation et surtout ta personnalité sont tes atouts ! Si tu es arrivé en entretien ce n’est pas par hasard. Le recruteur ne vient pas de découvrir ton manque d’expérience pour le poste !

Tu es senior, tu es effectivement cher et heureusement vu que tu as déjà 10 ans d’expériences dans le domaine ! Donc ne te brade pas au prix d’un junior. Ta force aujourd’hui c’est ton expertise et c’est pour cela que tu es reçu en entretien.

De toi à moi, dans la plus grosse majorité des cas, le prix n’est pas la réelle objection mais c’est plutôt que tu t’es mal vendu et donc que le recruteur n’a pas admis que les compétences que tu proposes correspondent au prix.

Rendez-vous au prochain article pour savoir comment se vendre comme un killer 🤜🏼

Allez salut !